Comme d’habitude, cette remontée du Brésil n’en finit pas. L’anticyclone en a fini d’accompagner les coureurs dans leur déplacement vers le Nord. Il était collant, le camarade. Desjoyeaux et Jourdain naviguent enfin dans un bel alizé de Sud-Est qui permet des moyennes élevées dans de bonnes conditions. Le Cléac’h est toujours sur la bordure de l’anticyclone, au près. L’adonnante n’est prévue que mardi. Voici la situation le 19 au matin affichée sur Maxsea.

Devant, Mich a déjà la tête dans les nuages du Pot-au Noir et peaufine son passage. Tout peut arriver là, surtout les ennuis. Dans cette zone, on n’est d’accord sur rien : même l’étymologie du fameux chaudron est sujette à caution. Pour les uns, ce pot viendrait d’un jeu de colin-maillard où le perdant se colletait avec un pot de vieux cirage. Pour d’autres, ce serait la traduction d’une expression portugaise caractérisant une situation inextricable.

Le passage du Pot-au-Noir en janvier-février est beaucoup plus rapide que lors de la descente. L’affaire est, en général, bâclée en une journée. Le minimum de vent se trouve vers 0°30 S, et le maximum de nébulosité vers 4° N. Le passage en est en général aisé entre 28°W et 32°W.

Une fois passé le Pot-au-Noir, c’est là, vers les latitudes zéro, que les stratèges vont sortir quelques-unes de leurs dernières munitions. La remontée de l’Atlantique Nord est toujours passionnante.

En attendant, messieurs, profitez bien du merveilleux ciel austral : encore un petit coup de Croix du Sud, de Nuage de Magellan, Canopus et Fomalhaut. Bientôt, une petite étoile bleutée se tiendra près de l’horizon, dans le Nord : la Polaire vous causera de la maison…

La pointe Nord-Est  du Brésil

Il s’en passa des choses ici, pas tellement sur l’eau (on est dans le régime d’alizé du Sud-Est, stable en général), mais sous l’eau et au fond.

Le système des courants équatoriaux se fait sentir au Nord de Natal. Le courant Sud-Equatorial porte vers l’Ouest à 1 kt environ et se renforce sévèrement à l’approche de la côte.


http://bulletin.mercator-ocean.fr/

Il devient très fort le long de la côte Nord brésilienne et a joué plus d’un tour aux compétiteurs navigant à l’aviron vers la Guyane.

Vers 80-100 mètres de fond, changement de décor : le sous-courant équatorial se dirige vers la côte Africaine à plus d’un nœud. Les pêcheurs qui voyaient leurs filets s’échapper vers l’Est ont anticipé les découvertes des océanographes.

Quelques kilomètres plus bas, tout au fond de l’océan, la zone est particulièrement agité : dorsale médio-océanique, monts sous-marins et failles donnent un paysage contrasté.


http://www.gebco.net/

Certaines montagnes sous-marines se contentent de donner des hauts-fonds isolés qui sont autant de zones de pêches fructueuses D’autres émergent pour former quelques îles perdues au milieu de nulle part : l’idyllique archipel de Fernando de Noronha, l’atoll das Rocas, à fleur d’eau, signalé par un phare dont on aimerait croire qu’il n’est jamais en panne, et les rochers jumeaux de Saint-Pierre et Saint-Paul.

L’atoll das Rocas :


http://www.oceandots.com/atlantic/rocas/

Saint-Pierre et Saint-Paul :

On y trouve des oiseaux, des scientifiques, des pêcheurs et des navigateurs ayant oublié leurs cartes.