L’anticyclone de Sainte-Hélène prend ses aises au milieu de l’Atlantique Sud.


(http://www.hpc.ncep.noaa.gov/international/day1-5.shtml)

Pour les navigateurs du Vendée, la frustration guette : rien d’autre à faire que de descendre plus ou moins rapidement vers le Sud à la rencontre des dépressions australes. Navigation entre bon plein et vent de travers, dans une mer formée. On investit vers le Sud, en y mettant un peu d’Est (c’est quand même par là que l’on va), mais pas trop pour ne pas ralentir en serrant le vent.

Voilà ce que cela donne à 04h00 UTC le 27 novembre :

Peyron emmène le groupe de tête sur une route au 175 environ. Le Cam s’est décalé vers l’Est, espérant «couper le fromage». Le groupe de chasse emmené par Guillemot suit les leaders.
Bien sûr, faire avancer la machine dans ces conditions demande des efforts et de l’attention. Néanmoins, la routine s’installe et on pourrait s’ennuyer. Alors, que faire ? Vous trouverez sur les sites des concurrents la version officielle. Je vais vous révéler la version officieuse. Quand les navigateurs (trices) solitaires s’ennuient au large, ils (elles)… routent les autres concurrents. C’est-à-dire que connaissant, la position des petits camarades et les prévisions météo à moyen terme, on essaie de savoir s’ils sont supposés se rapprocher ou non. En gros, on cherche à savoir dans quel sens fonctionne l’accordéon : contraction ou étirement.


(http://smiley.smileycentral.com/download/index.jhtml?partner=ZNxpt439&affiliate=96391)

Ce petit jeu, qui fait passer par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel à chaque report de positions, n’est pas complètement vain : il permet d’évaluer la dangerosité de l’option d’un concurrent et d’en déduire s’il faut le marquer ou non.

L’animation qui suit montre le résultat pour les prochains six jours :
- si la situation météo est celle qui est prévue par le modèle ;
- si les bateaux ont des performances équivalentes ;
- si le diable ne s’en mêle pas

La situation de départ est décrite par la carte donnée plus haut.
Les écarts :

                                        Ecart                    Couleur
Peyron                               -                           Bleu
Le Cam                           65 M                      Rose
Wavre                           247 M                       Noir
Desjoyeaux                  386 M                       Vert
 

L’animation montre que la meute n’a guère de choix : faire du Sud. Peyron bute dans une zone de vent variable le 28 qui devrait permettre aux poursuivants de se rapprocher.

Le 29, stress pour les meneurs ; l’anticyclone attaque.


Situation prévue le 30 à 11h00 UTC, affichée dans Maxsea.

Pas de panique, «on respire par le ventre, on pense à quelque chose de bleu». On laisse tomber la stratégie à long terme, et on joue court : sortir le plus rapidement possible de l’anticyclone et de ses calmes. Premier sorti, premier servi.


Situation prévue le 31 à 11h00 UTC, affichée dans Maxsea.

L’affaire devrait profiter en partie à Le Cam (rose) et Wavre (noir) qui gagnerait une vingtaine de milles sur Loïc. Pour Mich’Desj’ (vert), c’est un peu plus difficile : il ralentit dans l’anticyclone, mais devrait profiter le premier de la dépression qui se creuse au large du Brésil le 1er décembre.
Une fois le vent revenu, il faudra encore savoir se montrer patient avant de tourner à gauche vers la porte de l’Atlantique Sud : un peu de Sud-Est pour être certain de crocher les «braves vents d’Ouest», puis route vers l’Est. On sera entré dans le vif du sujet : l’océan Austral et ses dépressions.


Situation prévue le 2 à 06h00 UTC, affichée dans Maxsea.