Comme je vous l’ai proposé hier, à nous de faire. On va jouer au navigateur.

Voici la situation vue au moyen des outils dont les coureurs disposent à bord :
• Une analyse de surface permettant de visualiser la situation générale (http://weather.noaa.gov/pub/fax/PYEA11.gif )

• Une photo vue par les satellite géostationnaire MSG2 récupérée (http://www.sat.dundee.ac.uk/) et travaillée à bord.

1. Le triangle africain sans vent.
2. La partie active du pot au noir.
3. Les alizés d’Atlantique Sud.
4. Les alizés d’Atlantique Nord.
5. La position de la flotte.

• Un champ de vent observé par le diffusiomètre du satellite Quikscat (http://manati.orbit.nesdis.noaa.gov/quikscat/ )

C’est une donnée précieuse que l’on va corréler à la précédente pour tenter de repérer, sur la photo sat’, les zones de calmes à éviter.

• Des observations en temps réel disponibles sur :
  http://www.ndbc.noaa.gov/maps/tropical_atlantic.shtml

• Des champs de vents prévus par le modèle européen (ECMWF), superposés à la photo satellite en infrarouge, affichée par uGrib (version pro) : http://www.grib.us/

• Et puis, bien sûr les logiciels de routage que l’on laisse tomber dans cette zone, les prévisions n’étant pas fiables. On route jusqu’à l’entrée du diabolo, puis on s’y remet à la sortie. On travaille «à la main» dans l’intervalle. Nous en reparlerons.

Vous savez tout, à vous de jouer maintenant !
On se retrouve à la sortie du pot au noir : «Hémisphère Sud, bilan et perspectives»…